Augmentation des cas de cancers précoces :  peut-on inverser la tendance ? 

Sommaire :

Ecouter l'article

Les études et statistiques récentes sur le sujet sont unanimes et mettent en lumière une inquiétante réalité : d’année en année, il y a une augmentation significative des cas de cancers précoces. En effet, on parle d’une augmentation de 80% des personnes de moins de 50 ans diagnostiquées avec un cancer entre 1990 et 2019.  Une tendance qui, dans l’état actuel des choses, n’a pas pour projet de s’inverser puisque l’on attend une hausse de 31% de plus d’ici à 2030, principalement pour les personnes âgées de 40 à 49 ans.

Perturbateurs endocriniens, obésité, tabagisme, croissance démographique ou encore développement du dépistage : de nombreux facteurs sont évoqués sans jamais parvenir à une conclusion claire sur l’origine de cette augmentation, qui elle, est bien réelle.

De fait, ces chiffres, bien au-delà de simples données statistiques, soulèvent des questions cruciales quant à notre approche collective face à cette menace grandissante pour la santé publique. Peut-on réellement inverser la tendance ?

Les habitudes de vie modernes en cause

« Les cancers mettent plusieurs décennies à se développer. Si des personnes développent des tumeurs dans la trentaine, c’est probablement à cause de choses auxquelles elles ont été exposées dans leur enfance. Puisque cette hausse a été constatée dans les années 1990, il est réaliste de penser que ces causes sont apparues dans les années 1960-1970. » (Dr Ogino).

Ces années correspondent à l’émergence du « mode de vie moderne » et des nouvelles habitudes de vie qui lui sont liées :

  • Consommation plus importante d’aliments transformés au détriment des produits frais
  • Augmentation de la sédentarité avec la multiplication des postes de bureau
  • Une consommation d’alcool en constante augmentation
  • Une plus importante exposition aux polluants de toute sorte…

Toutes ces habitudes peuvent modifier l’environnement autour des cellules, et, à la longue, favoriser l’apparition des tumeurs.

Augmentation des cas de cancers précoces peut-on inverser la tendance

Prévention, sensibilisation, action

Afin d’espérer inverser la tendance, ou tout du moins ralentir cette augmentation des cas de cancers précoces, il est nécessaire, au-delà des simples campagnes d’information, de mettre en place des actions significatives de prévention, de sensibilisation.

Il est possible de développer des actions de prévention à 3 niveaux :

  • La prévention primaire : mise en place d’actions sur les facteurs de risque des cancers pour prévenir le développement.
  • La prévention secondaire : actions de dépistage à un stade précoce de l’évolution de la maladie, en prévenant notamment les seconds cancers.
  • La prévention tertiaire : actions pour la prévention des séquelles des traitements et des risques de récidives.

Les simples campagnes d’information et de communication autour du cancer et de la santé ne suffisent plus à toucher correctement, notamment les populations les plus à risques. A l’essor de la e-santé et des digital therapeutics, des solutions comme les services de santé numérique par exemple peuvent être un moyen efficace d’assurer la prise en charge préventive du public touché. En agissant sur tous les principaux facteurs de risques liés aux habitudes de vie et inciter le changement des comportements santé, vecteurs de la réduction des cas de cancers précoces.

Sources :

Chaignon, A. (2023, September 10). Les cas de cancers chez les moins de 50 ans explosent. L’Humanité. https://www.humanite.fr/societe/cancer/les-cas-de-cancers-chez-les-moins-de-50-ans-explosent

Radio-Canada.ca. (n.d.). Le mystère de la montée des cancers précoces | Radio-Canada.ca. https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/7145/mystere-hausse-cancers-precoces

Réduire les risques de cancer – Comprendre, prévenir, dépister. (s. d.). Accueil. https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Reduire-les-risques-de-cancer

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non