Prévention et système de santé, les recommandations du Think Tank Economie de la santé

Sommaire :

Ecouter l'article

Mené par le Groupe Les Echos Le Parisien, ce think tank réunit chaque année une soixantaine d’experts du secteur de la santé. Fin 2022, et suite à la nomination d’un Ministre de la santé et de la Prévention, le thème du think Tank était « Prévention en santé : créer un choc de cohérence et d’efficacité au plus près des citoyens en clarifiant le partage des responsabilités ».

« La France n’a pas de culture de prévention. Depuis l’après-guerre, seul le curatif biomédical a été développé et soutenu, qui aujourd’hui atteint sa limite. Les bénéfices de ce modèle en matière de santé présentent un coût de plus en plus élevé par vie sauvée à l’inverse de la prévention, qui repose sur une démarche et une organisation totalement différentes. »

La France présente des résultats médiocres en matière de prévention en santé

Face aux évolutions démographiques (vieillissement de la population) et épidémiologiques (croissance des maladies chroniques et des polypathologies), la prévention en santé n’a jamais été aussi essentielle pour éviter les souffrances et les incapacités, limiter la pression sur le système de santé et en particulier l’hôpital, maintenir le plus longtemps possible les Français à leur domicile, contenir la croissance des dépenses de santé et donc assurer la soutenabilité de notre système de santé au sens large.

La prévention en santé est l’enjeu majeur du xxie siècle et de la décennie en particulier, et pourtant, malgré des alertes successives et des déclarations volontaristes, les mesures d’envergure ne sont toujours pas prises.

Le constat est sévère et ancien

• L’espérance de vie en bonne santé à 65 ans en France est nettement inférieure à celle des pays nordiques et aussi à celle de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

• La mortalité liée à des causes évitables par la prévention est élevée en France.

• Tabac, alcool, obésité, sédentarité, etc. : soit les déterminants péjoratifs de santé en France restent à un niveau élevé, comme le tabagisme et l’alcool, soit ils ont tendance à se dégrader, comme pour le surpoids, l’obésité et le niveau de sédentarité.

• Les inégalités de santé entre les territoires et entre les catégories socioprofessionnelles restent fortes.

« La prévention concerne avant tout des déterminants (environnement, alimentation, habitat, conditions de travail, éducation, social) en dehors du système de soins. Ce dernier n’aurait qu’un impact limité, de l’ordre de 20 %. »

5 recommandations

  • A partir des territoires, clarifier les responsabilités et le pilotage
  • Sanctuariser le financement
  • Impliquer les citoyens en rénovant la démocratie sanitaire
  • Mobiliser le système de soins
  • Innover avec le numérique en santé
Reco_Think_Tank_Economie_sante_Vivoptim_Solutions_Les_Echos_Le_Parisien-1

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non